« Averoigne & Autres mondes » de Clark Ashton Smith

Averoigne & Autres mondes est un recueil de nouvelles et de courts poèmes transportant le lecteur de l’Auvergne du XXIIe siècle à la planète Mars, en passant par une foule de mondes sortis tout droit de l’esprit de Clark Ashton Smith.

Ainsi que pour beaucoup de livres de H.P. Lovecraft, dont Smith était l’ami proche, Zdzisław Beksiński a été choisi par les éditions Mnémos pour réaliser la couverture de ce recueil. La pertinence de ce choix prend sa source dans l’imagination grandiose de Smith, dans laquelle créatures antédiluviennes et architectures de civilisations d’outre-espace cohabitent et se répondent avec une grande finesse poétique.

La lecture débute dans le monde d’Averoigne avec le récit d’un jeune moine lettré dont la foi et la prudence seront mises à mal par un curieux manuscrit. Dès les premières lignes, s’épanouit la puissance fictionnelle de Clark Ashton Smith, et apparaissent des motifs que l’on retrouvera dans tout son univers. La cité médiévale est le berceau d’antiques créatures qui, non contentes de corrompre l’humanité, s’acharnent à les séduire pour mieux les détruire.

L’on découvre ainsi lamias, démons et monstres mythologiques qui débordent de leur propre dimension, tandis que le monde réel se délite, enfantant à son tour de terribles fléaux. Si cette première partie tient du fantastique, Autres mondes tient quant à elle davantage de la science-fiction. À vrai dire, la « recette » de Smith reste à peu près la même. On trouve des personnages qui peinent à s’intégrer au monde auquel ils appartiennent et souffrent d’une réalité qu’ils trouvent souvent trop acerbe.

Le lecteur investit ainsi, le temps d’une vingtaine de nouvelles et de quelques poèmes, la planète Mars, le monde de Xiccarph et bien d’autres, où les êtres humains font figure d’étrangers, dans un univers où les formes organiques dépassent l’entendement. Les motifs du rêve, de la femme enchanteresse, de la découverte et de l’éternelle nostalgie sont des thèmes qui traversent toute l’œuvre, et le soin qu’attache l’auteur à la description de ses univers, nous entraîne irrémédiablement en eux.

Il cultive ici une véritable esthétique de l’atmosphère, où les paysages et l’architecture se voient affublés d’impulsions vitales, et prennent part aux histoires. Le risque des récits gravitant autour d’un même univers étant la répétition, le jeu habile de Smith avec les codes de la nouvelle et le renouvellement constant de ses procédés narratifs sont des éléments très appréciables. Il utilise par exemple la méthode du manuscrit retrouvé, technique appréciée des auteurs médiévaux, mais exploite aussi le motif du journal de bord pour faire le récit d’explorations sublunaires.

Ainsi, l’alliance d’un esprit sans bornes avec une grande rigueur formelle et esthétique, font de cet ouvrage un bijou de la littérature de l’imaginaire. On ne peut dès lors que recommander Averoigne & Autres mondes, qui ne manquera pas de ravir les lecteurs de Lovecraft (mais aussi les autres !), de par sa singularité et son émouvante beauté.

Chronique d’Emma ‘1845’ Pelletier

A propos de Christian

L'homme dans la cale, le grand coordinateur, l'homme de l'ombre, le chef d'orchestre, l'inébranlable, l'infatigable, le pilier. Tant d'adjectifs qui se bousculent pour esquisser le portrait de celui dont on retrouve la patte partout au Club. Accessoirement, le maître incontesté du barbecue d'agneau :)

Consulter aussi...

« Cycle du Porteur de Mort » d’Angel Arekin

Un lien puissant unit les deux cousins, Seïs Amorgen et Naïs. Un amour trouble, que …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.