« Humain.e.s, trop humain.e.s : Testament, tome 3 » de Jeanne-A Debats

Depuis sa naissance, Agnès voit les fantômes et ressent toutes leurs émanations nauséabondes. Peur, jalousie, envie de vengeance, douleur. Un vrai calvaire à cause duquel elle a vécu longtemps cloîtrée chez ses parents.

À leur mort, son oncle Géraud l’a prise sous son aile. Elle intègre alors sa chaire notariale au côté de Zalia, une secrétaire sirène aux tenues vestimentaires des plus excentriques, et Navarre un ténébreux garde du corps vampire. Les connaissances d’Agnès en langues étrangères s’avèrent un atout de taille pour les clients de l’AlterMonde qui viennent à l’étude pour leur problème de succession (dans le premier tome L’Héritière) ou leur contrat de mariage (dans le second tome Alouettes).

Humain.e.s, trop humain.e.s est le troisième volet de cette trilogie à l’humour grinçant et très bien dosé. Même si les intrigues principales de chaque volume sont résolues à la fin de chaque livre, des intrigues secondaires s’étalent au fil des romans. Il est alors pertinent de lire les deux premiers tomes avant celui-ci.

Après la mort mystérieuse, dans un attentat, de tous les vampires du Cénacle Majeur, l’étude de Géraud se voit confier la garde d’un étrange coffre. Celui-ci renfermerait un être endormi très contagieux… Qui est-il  ? De quelle maladie est-il porteur ? Mais trouver ces réponses va être bien difficile, car les membres de l’étude ne sauront plus où donner de la tête entre les nouvelles amies sorcières d’Agnès, l’attaque d’un extraterrestre aux tentacules acides et de nombreux autres dangers qui les attendent au coin des rues…

Viennent s’intercaler à l’histoire des extraits des carnets de Navarre. On y découvre sa vie avant de devenir vampire et les différents éléments qui ont fait de lui ce qu’il est aujourd’hui. Certains passages sont moins intéressants que d’autres. Et si de prime abord, ses témoignages ne semblent pas utiles au récit (ce qui est le cas), d’autres s’avèrent essentiels pour comprendre certaines révélations à la fin du roman.

Pourquoi lire Humain.e.s, trop humain.e.s ? Pour suivre la dernière aventure d’Agnès, pardi! Découvrir ses débuts de sorcières, rencontrer ses consœurs aux caractères bien trempés, plus féministes que jamais! Mais aussi pour apprendre qui sont ses « vrais » parents, d’où vient sa malédiction ? Pour savoir si Herfauges va enfin sortir de sa tête et si son cœur continuera de battre pour Navarre…

Chronique d’Agathe ‘1808’ Tournois

A propos de Christian

L'homme dans la cale, le grand coordinateur, l'homme de l'ombre, le chef d'orchestre, l'inébranlable, l'infatigable, le pilier. Tant d'adjectifs qui se bousculent pour esquisser le portrait de celui dont on retrouve la patte partout au Club. Accessoirement, le maître incontesté du barbecue d'agneau :)

Consulter aussi...

« Danses aériennes » de Nancy Kress

Grand Prix de l’Imaginaire 2018, ce recueil est composé de 6 nouvelles et 5 novellas …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.