« Six petites gouttes de sang – Largo Callahan, partie 1 » de Michel Robert

Avertissement préalable : l’aspect fantasy du roman est bien ténu dans ce volume, puisqu’il n’apparaît qu’à la toute fin (p.336 pour être exacte), même si l’on pressent alors qu’il va prendre toute sa place dans la seconde partie de Six petites gouttes de sang.

Ceci posé, amateurs de western, ce roman est fait pour vous ! Même si ce genre est tombé en désuétude, il a encore de beaux restes, comme le prouve cette aventure de Largo Callahan. Largo, c’est un métis, apache par sa mère, irlandais par son père. Il a été élevé chez les Indiens, mais son physique de blanco l’a toujours maintenu à l’écart.

Lorsque son père est assassiné, alors qu’il n’est qu’un adolescent frêle, le rejet de ses pairs se fait plus marqué. Le désir de vengeance devient son moteur, et il met tout en œuvre pour cela.

Il apprend à être un pistolero accompli, un combattant aguerri, qui utilise les armes des apaches comme celles des blancs. Il ne connaît qu’une morale, il ne connaît qu’une loi : la sienne. Tout naturellement, c’est en hors la-loi qu’à la tête de sa petite bande, il écume l’Ouest.

Jusqu’au jour où sa route croise celle d’une mystérieuse comtesse italienne. L’homme qui ne croit pas aux esprits, ni aux dieux, ni à la sorcellerie, pourrait bien avoir à changer d’avis… Michel Robert nous embarque au cœur des plaines arides, dans les montagnes, déroulant les paysages typiques du Far-West.

Son écriture, très cinématographique, fait que l’on voit littéralement ces décors. Il offre des descriptions systématiques du physique, mais également des tenues de ses personnages. Pour autant, le rythme est trépidant, au gré des aventures du pistolero. Peu de temps morts, sinon pour se plonger dans l’ambiance d’une ville de l’Ouest, avec ses saloons, ses écuries et ses échauffourées, ou dans celle du village indien où Largo tente de trouver (brièvement) sa place.

Les personnages sont très typés, et même stéréotypés, comme le veut la loi du genre. Pas beaucoup de subtilité là-dedans, mais ce n’est pas ce que l’on vient chercher. On vient chercher des aventures, des bagarres, de la testostérone, du danger et du suspense. Et on croise tout cela dans ce premier volume, qui se termine sur un cliffhanger redoutable !

Chronique de Sylvie ‘822’ Gagnère

A propos de Christian

L'homme dans la cale, le grand coordinateur, l'homme de l'ombre, le chef d'orchestre, l'inébranlable, l'infatigable, le pilier. Tant d'adjectifs qui se bousculent pour esquisser le portrait de celui dont on retrouve la patte partout au Club. Accessoirement, le maître incontesté du barbecue d'agneau :)

Consulter aussi...

« Journal d’un Assasynth : Livres 1 à 4 » de Martha Wells

Dans ces quatre novellas qui représentent un peu plus de 500 pages, le narrateur est …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.