« Oraisons » de Samantha Bailly

Convaincu de prôner la seule véritable foi, le royaume d’Hélderion a envahi son voisin, Thyrane. Des clans se sont formés, qui refusent l’autorité de l’Astracan et sèment la terreur. Plus loin, Rouge-Terres (les Terres Impies) échappe encore à la domination d’Hélderion, mais pour combien de temps ?

La puissante famille Manérian contrôle les cérémonies funéraires, menées par les Oraisonniers, qui permettent à l’âme des morts de rejoindre leur étoile. La fille aînée, Noony, se destine à succéder à son père, tandis que les deux plus jeunes sont en pension pour apprendre à faire de belles révérences et à sourire, ce qui devrait les autoriser à tenir leur place dans la bonne société et à trouver un époux convenable.

Mais lorsque la cadette, Mylianne, est assassinée, Aileen est déterminée à retrouver ses meurtriers et à la venger. Samantha Bailly raconte les évolutions parallèles de Noony et Aileen, plongées au cœur d’intrigues politiques qui les dépassent. Poussées, l’une par le désir de vengeance, l’autre par la volonté d’empêcher une guerre, les deux jeunes femmes vont remettre en question toute une vie de conditionnement pour se débarrasser de leurs préjugés et s’ouvrir à la vérité.

Aileen entraîne le lecteur au cœur de l’organisation du peuple hélderionnais, là où elle comprend le prix payé par Thyrane au nom des croyances de l’Astracan. Avec Noony, c’est tout le pan de la religion, des rites, de l’Oraison qui est présenté. Chacune de leur côté, les sœurs découvrent l’une les dessous des corporations qui composent une société très hiérarchisée et plutôt corsetée, l’autre des résistants thyraniens et les étranges Rouge-Terriens. Petit à petit, leurs croyances sont remises en question, leur système de valeurs balayé et jusqu’à leurs liens familiaux remis en question.

L’autrice nous embarque dans un monde riche, très détaillé, où les us et coutumes, les points de vue, les codes des différents peuples sont bien fouillés. La construction est très maîtrisée, avec un exergue au début de chaque chapitre (extrait de journal intime, de livre d’histoire, de guide…) qui approfondit le contexte, et des interludes qui prennent peu à peu sens, alors que l’on commence à comprendre les enjeux sous-jacents au récit.

Samantha Bailly distille petit à petit les éléments du puzzle, saisissant dans ses filets un lecteur consentant qui en redemande. L’écriture est fluide et le rythme haletant dans un univers original et très riche. Le système de magie, entre chamanisme et fantasy classique, permet d’aborder et d’approfondir des thématiques fortes (intrigues politiques et jeux de pouvoir, trahison et sentiments profonds, mort et au-delà). Les personnages, très bien travaillés, évoluent d’une manière tout à fait crédible, en gardant une individualité remarquable. Une lecture à recommander !

Chronique de Sylvie ‘822’ Gagnère

A propos de Christian

L'homme dans la cale, le grand coordinateur, l'homme de l'ombre, le chef d'orchestre, l'inébranlable, l'infatigable, le pilier. Tant d'adjectifs qui se bousculent pour esquisser le portrait de celui dont on retrouve la patte partout au Club. Accessoirement, le maître incontesté du barbecue d'agneau :)

Consulter aussi...

« L’Empire du Troll » de Jean-Claude Dunyach »

Après être revenu de l’enfer (voir L’Enfer du Troll), le Troll retrouve son bureau et …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.