« Dimension Uchronie 3 » anthologie dirigée par Bertrand Campeis

Écrire de l’uchronie sous forme de nouvelle serait, paraît-il, plus ardu que pour un roman, tout d’abord parce que les lecteurs n’ont pas toujours une solide connaissance du passé (le nouvelliste doit donc savoir concentrer en quelques pages les enjeux d’un événement historique), ensuite parce qu’il est tentant de se faire plaisir en y cumulant les clins d’œil avec notre réalité au détriment de l’intrigue du récit.

Ces pièges, et bien d’autres certainement, ont été aisément évités par les cinquante auteurs rassemblés à ce jour par Bertrand Campeis (associé à la traductrice Hermine Hémon) dans trois anthologies de la collection Fusée, consacrées à l’uchronie. Ce troisième numéro se savoure comme la boîte de chocolats de Forrest Gump : on ne sait jamais quelle surprise nous réserve chaque texte, et les styles et contextes varient vraiment d’une nouvelle à l’autre.

Difficile de trop en dire sans éventer les effets de surprise, mais que ce soit par le biais de découvertes archéologiques, de l’enquête autour d’un meurtre ayant pour toile de fond les funérailles de Victor Hugo ou encore du dernier baroud d’un milliardaire qui a «  toujours voulu être un artisan boulanger », les auteurs prennent un malin plaisir à brasser notre histoire.

Et même si certaines nouvelles sont plus proches de l’univers parallèle ou du voyage dans le temps que de l’uchronie, toutes produisent au fil des pages ce qui en fait le piment : ébranler nos certitudes sur le passé et le devenir de nos sociétés.

Certains auteurs sont des briscards incontournables des anthologies de l’imaginaire (notamment Estelle Faye, Bénédicte Coudière, Élodie Serrano, Fabien Clavel) et d’autres nagent déjà depuis quelques temps en eaux uchroniques (Pierre Léauté, David Bry). J’ai également eu le plaisir de découvrir la belle écriture de deux auteures, Clémence Godefroy et Monique L. Désir, qui toutes deux abordent la lutte afro-américaine mais de manière très différente.

L’écrivaine M.R. Kowal clôture l’anthologie avec un texte de très haute facture, La Dame astronaute de Mars. Bien qu’écrit en 2012, il précède (et clôture aussi) son roman uchronique Vers les étoiles, sorti récemment aux éditions Denoël. Il est à espérer que d’autres numéros suivront au sein de la collection Fusée de Rivière Blanche. Si c’est le cas, il y a fort à parier que, à l’instar de ce que représente par ailleurs l’anthologie Malpertuis pour le fantastique, les Dimensions Uchronie s’imposeront comme un incontournable panorama de l’uchronie.

Chronique de Xavier ‘1762’ Fleury

A propos de Christian

L'homme dans la cale, le grand coordinateur, l'homme de l'ombre, le chef d'orchestre, l'inébranlable, l'infatigable, le pilier. Tant d'adjectifs qui se bousculent pour esquisser le portrait de celui dont on retrouve la patte partout au Club. Accessoirement, le maître incontesté du barbecue d'agneau :)

Consulter aussi...

« Le garçon et la ville qui ne souriait plus » de David Bry

Romain est un adolescent de la bonne bourgeoisie parisienne. Écrasé par une mère rigide qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.